RSS

Archives de Tag: methode

En passant

En révisant mes classiques pour préparer mon rendez-vous de mercredi en vue d’un poste de chef de projet e-learning, j’ai relevé la préface d’un ouvrage intitulé  » Gestion de projet: vers les méthodes agiles » de Véronique Messager Rota. Un ouvrage complet et très intéressant que je vous recommande chaudement.

Je trouve que ces quelques mots illustrent très bien ce métier complexe:

Rigueur, ouverture, disponibilité, intégrité, bon sens, organisation, anticipation,
écoute active, autodiscipline, capacités analytiques, diplomatie, leadership, transparence, proactivité, capacités relationnelles, professionnalisme… Voilà tout ce qu’on demande à un chef de projet aujourd’hui : de réunir l’ensemble de ces qualités… et la liste pourrait s’allonger. Un « mouton à cinq pattes », allez-vous dire. En effet, dans un environnement complexe, de surcroît, contraint par le time to market, il doit (faire) développer un produit au moindre coût dans des délais de plus en plus courts avec une qualité irréprochable.
Capitaine du navire, chef d’entreprise ou chef d’orchestre, clé de voûte de l’édifice que constitue son équipe, le métier de chef de projet est loin d’être simple et confortable !
D’autant que si tout va bien, il recueille rarement les félicitations du client ou de sa hiérarchie (« après tout, il n’a fait que son travail ! ») ; en revanche, si quelque chose tourne mal, il en sera responsable.

En référence à la métaphore de Jérôme Barrand, dans son ouvrage sur Le Manager agile, on pourrait comparer le chef de projet à « Tarzan » dont le talent est « avant tout d’être sensible aux signaux pertinents dans la jungle, univers d’ombre et de « bruit », univers de turbulence fait de menaces d’espèces concurrentes et d’opportunités végétales et animales ! Son talent a alors été d’inventer tous les jours des solutions innovantes pour survivre puis de trouver un équilibre et surtout de communiquer malgré tout avec tous les acteurs de son environnement […] ».
Débutant ou expérimenté, n’avez-vous jamais ressenti ce sentiment de solitude dans cette jungle qu’est l’entreprise, un univers dans lequel risques et menaces rendent le chemin plus ardu ? Ne vous êtes-vous jamais senti à cours d’imagination pour trouver des réponses et des solutions aux écueils rencontrés ? N’avez-vous jamais été envahi par l’incertitude liée à l’imprévisibilité des événements ? N’avez-vous jamais rencontré de difficultés à mobiliser tous les membres de votre équipe ? N’avez-vous jamais eu l’impression d’être abandonné par votre hiérarchie ? Pouvez-vous, enfin, affirmer avoir réussi tous les projets que vous avez menés ?
Être chef de projet est un métier passionnant mais difficile à exercer. Avant tout, parce que le chef de projet, lui-même, doit être multicompétent : c’est-à-dire maîtriser les techniques de gestion de projet, appréhender, chaque fois, les spécificités du projet et en plus être un bon leader d’équipe. Ensuite, il est souvent seul, pour faire face, notamment, à l’incertitude qui l’entoure. Alors, gérer un projet serait-ce une mission (im)possible ?

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 28 octobre 2013 dans Tout venant

 

Étiquettes : , , , , , , ,

L’Artistique (le champ artistique attendu par le jury et le système educatif)

Dans le champ éducatif, peu de disciplines renvoient à l’artistique: au collège, seule l’éducation musicale et les arts plastiques. Mais d’autres aussi: les lettres, l’éducation physique lors de danses. Ce qui est fondamental c’est que la pratique expérimentale de l’élève est le moteur. Plusieurs constats: la production attendue de la classe n’est pas un objet uniforme, le travail fourni n’est pas culturel, il doit faire famille avec ce que l’on range  dans « l’art » aujourd’hui.Si on transpose cela dans ce que l’on attend de l’enseignant: une production de l’ordre de la pratique et non de la théorie.

Le contexte est claire: si toute pratique permet la communication, elle n’est pas pour autant intégrée aux arts plastiques. L’artistique peut se lier à la poésie, la sensibilité, la subjectivité d’une émotion, donc indéfinissable. Il faut comprendre ce qu’attend le jury du concours car nous sommes sensés parler le même langage plastique. Nos références doivent être implicitement traduites, lisibles sans être plagiées, citées sans occulter la personnalité. Il faut trouver l’accord entre la pratique et la théorie. Mais la discipline arts plastiques se fonde  sur la pratique et non la théorie et la problématique récente de l’histoire des arts ne change rien à cette philosophie.

C’est la production de la forme qui définit le champ référentiel et non une approche culturelle même si elle en est partie intégrante.

Ce qui est attendu c’est le travail d’un adulte, d’un être pensant autonome capable de révéler dans sa production du sens intelligible. Ainsi la forme devra être:

-maitrise des outils de production

-ne pas produire de forme qui n’ait aucun sen

-communiquer avec le jury dans un langage artistique commun

Le troisième point nécessite de situer la pratique dans un champ professionnel.. En bref, on doit démontrer des qualité de maitrise technique et méthodologique, c’est la base.

Comprendre les enjeux de certaines questions: utilisation du dessin dans l’enseignement, notion de projet, place de l’image, question de la référence, verbalisation, etc. Elles sont fondamentales. Ainsi si la question de l’image affleure dans les programmes c’est que la photo est une branche majeure de l’art contemporain. C’est aussi parce que les élèves vivent au quotidien avec des milliers d’images et qu’il est invraisemblable que le système éducatif ne leur fasse pas prendre en compte les enjeux stratégiques de cette nouveauté. Un enseignant d’arts plastiques ne peut pas faire l’économie d’une réflexion sur ce sujet. Et cela doit se voir dans sa pratique.

Les futurs enseignants ne sont pas supposés être des artistes mais des acteurs conscients des évolutions de la société. L’accent porté sur les images dans les programmes est une réaction contre sa quasi-absence des programmes précédents qui préféraient l’installation et autres genres.

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,