RSS

Sujet 1 de la préparation à l’épreuve esthétique de l’agreg. Ca promet…

13 Sep
« L’étant se refuse à nous jusqu’à ce point de simplicité et, en apparence, de modicité que nous ne rencontrons nulle part mieux que quand, d’un étant, nous ne pouvons plus que dire : il est. La réserve comme refus est à chaque fois déjà quelque chose de plus que simplement la limite de la connaissance: il est le début de l’éclaircie de l’ouvert. Mais en même temps, il y a aussi une réserve — d’un autre genre il est vrai — à l’intérieur de l’éclaircie. De l’étant se glisse devant l’étant, l’un voile l’autre, celui-là produit celui-ci, peu de chose en masque beaucoup, l’isolé renie le tout. Ici, la réserve n’est pas le simple refus ; l’étant apparait bien : mais il se donne pour autre qu’il n’est.
Cette réserve-ci, c’est la dissimulation. Si l’étant n’était pas dissimulé par de l’étant, nous ne pourrions pas nous méprendre à son sujet, soit en voyant faux, soit en nous fourvoyant — nous ne pourrions jamais perdre la mesure. Que l’étant en tant qu’apparence puisse égarer, voilà la condition pour que nous puissions nous tromper : et non l’inverse. »

Martin Heidegger, L’origine de l’oeuvre d’art.

L’expérience esthétique est-elle liée au réel ?

 

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :